BELRALI A. *

BELRALI Ahmed

Né le 25/01/1939 (18 ans). Ruisseau. Enlevé le 6 juillet 1957 par des parachutistes. Pas de réponse de l’armée en octobre. Toujours recherché en août 1959. (SLNA,CV). Torturé et assassiné selon le témoignage de son frère (ci-dessous), qui nous a communiqué sa photo.

"Ahmed ben Ziane Enlevé le 6 juillet 1957 par des parachutistes. BELRALI Ahmed Ben-Ziane était étudiant gréviste.  Pour ne pas attirer l’attention des Français, il a travaillé à la menuiserie industrielle « Cholet », à la maison de la datte, puis aux bureaux de la poste de champ-de-manœuvres. Un homme qui a donné sa vie pour l’indépendance de l’Algérie.  Très actif, il ramenait des armes et des produits explosifs, il avait même fait exploser l’usine de liège de « BORGEOT » à Ruisseau, il a formé avec ses compagnons un groupe de sept jeunes dont le QG était à BELOUEZDAD ex-BELCOURT.
1- BELRALI Ahmed. 2- LAMARI Ali (Animateur de la Chaine 03 après l’indépendance, dit Kamel). 3- MILOUDI Houcine (Commissaire politique FLN au sud, après l’indépendance). 4- AROUA Tahar (Décédé Juillet 1957 au djebel, Wilaya 03). 5- Mr.X Abdallah (Technicien SONELGAZ RUISSEAU, après l’indépendance). 6- Mr.X Prénom.X (Directeur COLETAL, El Harrach, Après l’indépendance). 7- Mr.X Prénom.X (Employé, Wilaya d’Alger, Après l’indépendance).
Avant l’arrestation de Ahmed Ben-Ziane, son compagnon AROUA Tahar, s’est présenté chez nous le 06 Juillet 1957 à 07:00 du matin pour lui annoncer que les français (les parachutistes) ont arrêté un de leur groupe, et que lui allait prendre le maquis. Ahmed s’est rendu au travail, il a été arrêté et emmené par les parachutistes à El-Biar (Renseignement du receveur de la Poste). Après l’indépendance ses compagnons nous ont déclaré que Ahmed était plus que déterminé et surtout après les tortures, il a dit aux parachutistes qu’il était le responsable du groupe. Ce capitaine a pris son poignard, il l’a menacé de lui refaire l’opération (lui qui venait de faire une opération chirurgicale pour l’appendicite), Ahmed lui a dit «tu n’es pas un homme », et là son assassin a fait son acte, et a ordonné aux compagnons de Ahmed de le mettre dans le camion. Et ce jour le 07 Juillet 1957 est disparu notre chahid, ellah yerahmou, ellah yerham ech-chouhada. Récit du frère du disparu."(14/01/2019)

Abréviations des principales sources utilisées :/p>

SLNA : « Fiches de renseignement » du Service des Liaisons Nord-Africaines : « Personnes arrêtées, demandes de recherche transmises au commandement militaire », ANOM, 91/ 4 I 62.

Liste SLNA : mention sur une liste de rappels adressée à l’armée par le SLNA en octobre 1957, la fiche de renseignement correspondant n’étant pas archivée). ANOM, 91/ 4 I 62

CV : Jacques Vergès, Michel Zavrian, Maurice Courrégé, Les disparus, le cahier vert, Lausanne, La Cité, 1959.

Archives Teitgen : Archives confiées par Paul Teitgen à Georgette Elgey, Archives Nationales, 561AP/41.

SHD : divers fonds du Service Historique des Armées, GR 1 H

CS : archives des deux commissions de Sauvegarde des droits et libertés individuels (1957-1962), Archives Nationales, F/60/3124-F/60/3231.

Presse algérienne (1962-1963) : documents fournis par Malika Rahal.

Apportez votre témoignage

Nous attirons l’attention des lecteurs sur le fait que ce site concerne les personnes victimes de la grande répression d’Alger durant l’année 1957. Le même travail est nécessaire pour l’ensemble de la guerre d’indépendance algérienne et pour l’ensemble du territoire algérien, mais nous ne pourrons publier les commentaires ou les messages qui ne concerneraient pas la région d’Alger et l’année 1957.
Merci de préciser les sources sur lesquelles vous vous basez.
Si vous souhaitez y joindre des documents utiliser le formulaire de cette autre page

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *