BOUKELLA L. *

BOUKELLA Lakhdar

Né le 12/02/1923, sous-brigadier de Police.

Réponse du général Massu à sa femme (SHD, 1 H 2698), le donnant pour assigné à résidence dans « un des régiments parachutistes » (sic), en mars 1957. Condamné en mars 1958 à 10 ans de travaux forcés.

Témoignage de son petit-fils Saïd Boukellal, reçu le 19/05/2019, qui nous communique également sa photo, ainsi que le lien vers un extrait de film, « Nos guerres d’Algérie – Le père de Karim », avec son fils Karim Boukellal et l’historienne Sylvie Thénault, mis en ligne en 2012 : https://www.dailymotion.com/video/xs08b4 :

Boukella Lakhdar a été arrêté en Janvier 1957 à son domicile par Jean Marie Le Pen en personne, qui à l’époque faisait partie du régiment parachutiste.  C’est mon grand père de son vivant qui nous a confirmé que c’était bien Monsieur Le Pen qui procéda à son arrestation. Ma mère et mon grand oncle étaient présents à ce moment et ont le souvenir précis de Jean-Marie Le Pen avec sa jeep et son chien...
Il fut arrêté pour son implication dans les transports d’armes pour le FLN. Il fut conduit à la villa Sésini où il a subi plusieurs jours de torture, gégène, baignoire et autres sévices. Il écopa ensuite 10 ans de travaux forcés qu’il effectua à la prison d’ Orléansville puis au groupe pénitencier Al Harrache; il fut libéré lors des accords d’Evian.

Principales sources utilisées :

SLNA : « Fiches de renseignement » du Service des Liaisons Nord-Africaines : « Personnes arrêtées, demandes de recherche transmises au commandement militaire », ANOM, 91/ 4 I 62.

Liste SLNA : mention sur une liste de rappels adressée à l’armée par le SLNA en octobre 1957, la fiche de renseignement correspondant n’étant pas archivée). ANOM, 91/ 4 I 62

CV : Jacques Vergès, Michel Zavrian, Maurice Courrégé, Les disparus, le cahier vert, Lausanne, La Cité, 1959.