SNP Djamila bent Mohamed *

SNP Djamila bent Mohamed

Née le 09/04/1933. Étudiante Croix-Rouge Française. 12, Bd de Verdun. Sœur : Zahiat ben Mohamed. Enlevée le 5 mars 1957 par les bérets rouges. Pas de réponse de l’armée en octobre. (SLNA). A survécu à la torture (voir ci-dessous).

 

Site Babzman, avril 2014 :

« Elle a milité pour l’indépendance de l’Algérie dans les années 50 avant d’être peintre et designer. Djamila Bent Mohamed, est née le 9 avril 1933 à la Casbah d’Alger.

Du haut de ses 20 ans, Djamila Bent Mohamed, douée pour le dessin et la peinture, est totalement engagée pour l’indépendance algérienne. En 1953, elle est membre de l’association des femmes musulmanes puis, après le déclenchement du 1er novembre 1954, membre du Collectif des familles de détenus. En 1957, son engagement politique la mène en prison. Elle sera torturée avant d’être libérée.

Parallèlement à son engagement politique Djamila est l’une des premières algériennes à entrer à l’Ecole des Beaux-arts. Deux années pendant la révolution, puis deux autres après l’indépendance. A cette époque, une femme qui peint n’a rien d’anodin. Et malgré les nombreux obstacles sur son chemin, Djamila se bat et les franchit pour sa vocation.

Entre 1969 et 1971, elle a poursuivi ses études à l’académie Rival à Amsterdam en dessin industriel et à l’école supérieure des arts et métiers à Paris. Par la suite, elle devient une dessinatrice dans des entreprises économiques.

Artiste, elle fait le tour du monde. Elle expose ses œuvres dans les grandes capitales telles que Beyrouth, Alexandrie, Tunis, Bagdad, Pékin, Tokyo, Ankara, ainsi qu’au Koweït et en Italie.

Dans les années soixante, elle enseigne à l’école régionale des beaux-arts d’Oran. Entre 1971 et 1974, elle est chef de services designer à la Sonatrach, puis décoratrice à la société nationale des industries chimiques entre 1975 et 1976. Un peu plus tard, elle est designer-chef de projet à la Sonelgaz de 1979 à 1988.

De 1975 à 1983, elle reçoit à trois reprises le Grand Prix de la peinture de la ville d’Alger. Et le Diplôme d’honneur en 1987. Le Musée national des beaux arts d’Alger expose plusieurs de ses œuvres, dont la plus connue « El Bahdja dormant ».

Djamila Bent Mohamed ne peint plus depuis une vingtaine d’années, mais elle est souvent citée lorsqu’il s’agit de la peinture féminine algérienne, étant l’une des pionnières en la matière. Par ailleurs, différents organismes lui rendent régulièrement hommage, notamment lors de grandes expositions collectives. »

 

Abréviations des principales sources utilisées :/p>

SLNA : « Fiches de renseignement » du Service des Liaisons Nord-Africaines : « Personnes arrêtées, demandes de recherche transmises au commandement militaire », ANOM, 91/ 4 I 62.

Liste SLNA : mention sur une liste de rappels adressée à l’armée par le SLNA en octobre 1957, la fiche de renseignement correspondant n’étant pas archivée). ANOM, 91/ 4 I 62

CV : Jacques Vergès, Michel Zavrian, Maurice Courrégé, Les disparus, le cahier vert, Lausanne, La Cité, 1959.

Archives Teitgen : Archives confiées par Paul Teitgen à Georgette Elgey, Archives Nationales, 561AP/41.

SHD : divers fonds du Service Historique des Armées, GR 1 H

CS : archives des deux commissions de Sauvegarde des droits et libertés individuels (1957-1962), Archives Nationales, F/60/3124-F/60/3231.

Presse algérienne (1962-1963) : documents fournis par Malika Rahal.

Apportez votre témoignage

Nous attirons l’attention des lecteurs sur le fait que ce site concerne les personnes victimes de la grande répression d’Alger durant l’année 1957. Le même travail est nécessaire pour l’ensemble de la guerre d’indépendance algérienne et pour l’ensemble du territoire algérien, mais nous ne pourrons publier les commentaires ou les messages qui ne concerneraient pas la région d’Alger et l’année 1957.
Merci de préciser les sources sur lesquelles vous vous basez.
Si vous souhaitez y joindre des documents utiliser le formulaire de cette autre page

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.