BISKER A. dit Saâd *

BISKER Amar

Né en 1926.Docker. Hussein-Dey (La Glacière). Enlevé le 13 avril 1957. Pas de réponse de l’armée en octobre. (SLNA).

A survécu à une détention d’une semaine au secret, selon son neveu qui nous écrit le 1er juin 2022 :

« Bonjour. Je suis le neveu de feu Bisker Amar dit Saâd. Effectivement, il fut enlevé à cette période. Docker de son état, il habitait à Hussein-Dey au quartier dit La Glacière où plusieurs familles originaires de Bou-Saâda cohabitaient dans une misère relative. De nuit, comme ils le faisaient alors qu’ils disposaient des pouvoirs spéciaux, des militaires investirent la demeure où habitait mon oncle. Un des habitants qui était debout, les mains en l’air dans la cour, a touché par inadvertance un interrupteur qui a coupé le courant. Les militaires abattirent sur le champ le malheureux. Puis, tous les hommes furent emmenés vers une destination inconnue. Mon oncle Saâd sera relâché, sans aucune forme de procès, après avoir passé plus d’une semaine accroupi dans une cellule étroite et humide. Depuis, il souffrait atrocement de ses jambes. Il est décédé vers 2010. Témoignage recueilli auprès de mon frère ainé qui avait 13 ans au moment des faits. Dont acte ».

Abréviations des principales sources utilisées :/p>

SLNA : « Fiches de renseignement » du Service des Liaisons Nord-Africaines : « Personnes arrêtées, demandes de recherche transmises au commandement militaire », ANOM, 91/ 4 I 62.

Liste SLNA : mention sur une liste de rappels adressée à l’armée par le SLNA en octobre 1957, la fiche de renseignement correspondant n’étant pas archivée). ANOM, 91/ 4 I 62

CV : Jacques Vergès, Michel Zavrian, Maurice Courrégé, Les disparus, le cahier vert, Lausanne, La Cité, 1959.

Archives Teitgen : Archives confiées par Paul Teitgen à Georgette Elgey, Archives Nationales, 561AP/41.

SHD : divers fonds du Service Historique des Armées, GR 1 H

CS : archives des deux commissions de Sauvegarde des droits et libertés individuels (1957-1962), Archives Nationales, F/60/3124-F/60/3231.

Presse algérienne (1962-1963) : documents fournis par Malika Rahal.

4 commentaires

  1. Mohamed BISKER Répondre

    Bonjour. Je suis le neveu de feu Bisker Amar dit Saâd. Effectivement, il fut enlevé à cette période. Docker de son état, il habitait à Hussein-Dey au quartier dit La Glacière où plusieurs familles originaires de Bou-Saâda cohabitaient dans une misère relative. De nuit, comme ils le faisaient alors qu’ils disposaient des pouvoirs spéciaux, des militaires investirent la demeure où habitait mon oncle. Un des habitants qui était debout, les mains en l’air dans la cour, a touché par inadvertance un interrupteur qui a coupé le courant. Les militaires abattirent sur le champ le malheureux. Puis, tous les hommes furent emmenés vers une destination inconnue. Mon oncle Saâd sera relâché, sans aucune forme de procès, après avoir passé plus d’une semaine accroupi dans une cellule étroite et humide. Depuis, il souffrait atrocement de ses jambes. Il est décédé vers 2010. Témoignage recueilli auprès de mon frère ainé qui avait 13 ans au moment des faits. Dont acte.

    • Fabrice

      Bonjour, merci pour ce message. Si vous connaissez l’identité de la personne abattue cette nuit-là, l’unité à la quelle les militaires appartenaient, le lieu de détention de votre oncle, vous pouvez nous les communiquer en nous écrivant à 1000autres@laposte.net

  2. Mohamed BISKER Répondre

    Bonjour.
    Bien que je ne pense pas que mon frère ainé, trop jeune à l’époque car né en juillet 1945, puisse me délivrer ses informations, je dois voir avec lui pour vous répondre. J’ajoute qu’il s’était rendu sur les lieux, à la Glacière, Hussein Dey, avec mon père, né en 1916, pour s’enquérir de la situation de Bisker Amar dit Saâd qui était le neveu de mon père, fils de sa soeur Fatima.

Apportez votre témoignage

Nous attirons l’attention des lecteurs sur le fait que ce site concerne les personnes victimes de la grande répression d’Alger durant l’année 1957. Le même travail est nécessaire pour l’ensemble de la guerre d’indépendance algérienne et pour l’ensemble du territoire algérien, mais nous ne pourrons publier les commentaires ou les messages qui ne concerneraient pas la région d’Alger et l’année 1957.
Merci de préciser les sources sur lesquelles vous vous basez.
Si vous souhaitez y joindre des documents utiliser le formulaire de cette autre page

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.