BOUZIDI M.*

BOUZIDI Maamar

Né le 12/01/1923. Employé à l’Amirauté. Saint Eugène. Enlevé le 19 février 1957 par les parachutistes. Pas de réponse de l’armée en octobre. (SLNA)

Disparu définitivement après son enlèvement et sa torture, selon un membre de sa famille qui nous écrit le 05/03/2022 :

« M.Bouzidi fut torturé au camps des paras du Deux Moulins a Saint Eugène, Alger. A travers le trou d’une tente ou il était détenu, un rescapé a affirmé avoir vu le supplicié gémissant, dans une flaque de sang. Au réveil tout avait disparu, y compris les traces de sang. Le matin suivant, sa mère qui allait tous les jours supplier ses geôliers dans l’espoir de les amadouer, et aussi dans l’espoir de le voir, a vu deux paras transportant une civière, un corps était recouvert de la couverture qu’elle avait ramené la veille, une main dépassait la couverture et elle reconnu la main de son fils. En insistant, elle fût violemment chassée .
La concierge de l’immeuble de résidence du supplicié se rendit au camps et se montrait insistante,il lui fût répondu qu’il été déplacé pour régulariser sa situation administrative. »

Abréviations des principales sources utilisées :/p>

SLNA : « Fiches de renseignement » du Service des Liaisons Nord-Africaines : « Personnes arrêtées, demandes de recherche transmises au commandement militaire », ANOM, 91/ 4 I 62.

Liste SLNA : mention sur une liste de rappels adressée à l’armée par le SLNA en octobre 1957, la fiche de renseignement correspondant n’étant pas archivée). ANOM, 91/ 4 I 62

CV : Jacques Vergès, Michel Zavrian, Maurice Courrégé, Les disparus, le cahier vert, Lausanne, La Cité, 1959.

Archives Teitgen : Archives confiées par Paul Teitgen à Georgette Elgey, Archives Nationales, 561AP/41.

SHD : divers fonds du Service Historique des Armées, GR 1 H

CS : archives des deux commissions de Sauvegarde des droits et libertés individuels (1957-1962), Archives Nationales, F/60/3124-F/60/3231.

Presse algérienne (1962-1963) : documents fournis par Malika Rahal.

2 commentaires

  1. Bouzidi Mohamed Répondre

    M.Bouzidi fut torturé au camps des paras du deux moulins a saint Eugène alger. A travers le trou d’une tente ou il était detenu, un rescapé a affirmé avoir vu le supplicié gémissant, dans une flaque de sang. Au reveil tout avait disparu, y compris les traces de sang. Le matin suivant, sa mère qui allait tous les jours supplier ses geôliers dans l’espoir de les amadouer, et aussi dans l’espoir de le voir, a vu deux paras transportant une civière, un corps etait recouvert de la couverture qu’elle avait ramené la veille, une main dépassait la couverture et elle recconu la main de son fils. En insistant, elle fût violement chassée .
    La concierge de l’immeuble de residence du supplicié se rendit au camps et se montrait insistante,il lui fût répondu qu’il été déplacé pour régulariser sa situation administrative

    • Fabrice

      Merci beaucoup pour votre message sur le site 1000autres.org. Nous l’avons ajouté à la notice Bouzidi Maamar.
      Si vous avez d’autres précisions, des documents ou une photographie du disparu, n’hésitez pas à nous les envoyer en répondant à ce mail, nous les publierons.

Apportez votre témoignage

Nous attirons l’attention des lecteurs sur le fait que ce site concerne les personnes victimes de la grande répression d’Alger durant l’année 1957. Le même travail est nécessaire pour l’ensemble de la guerre d’indépendance algérienne et pour l’ensemble du territoire algérien, mais nous ne pourrons publier les commentaires ou les messages qui ne concerneraient pas la région d’Alger et l’année 1957.
Merci de préciser les sources sur lesquelles vous vous basez.
Si vous souhaitez y joindre des documents utiliser le formulaire de cette autre page

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.