ASSELAH S. *

ASSELAH Slimane

Né le 13/01/1924. Médecin. Hussein Dey. Enlevé le 4 mars 1957 par les parachutistes sur son lieu de travail. Toujours recherché en août 1959. (SLNA, CV).

Le Cahier Vert fait état d’une réponse de Mme Massu à l’épouse de Slimane Asselah : « 

« Démarches : lettre à Mme Massu. Réponse datée du 3 juillet 1958 : « Je vais faire aussitôt une demande d’enquête en vue de retrouver la trace de votre mari. Je vous tiendrais (sic) au courant aussitôt qu’une réponse me sera donnée … ». Depuis, rien » (p.12).

Voir le témoignage de son petit-fils et de son petit-neveu, ci-dessous. Médecin psychiatre, élève de Franz Fanon avec qui il a signé un article (pdf, ci-dessous). Enlevé alors qu’il effectuait un remplacement du docteur R. Kerbouche, lui-même détenu par l’armée. Longuement recherché auprès des autorités coloniales, qui le prétendirent « libéré », comme en atteste la lettre de son oncle reproduite ci-dessous.

Deuxième série de documents : en 1960, Hervé Bourges, chargé de mission auprès du Garde des Sceaux saisit la Commission de Sauvegarde des Droits et Libertés individuelles de ce cas de disparition. Le dossier (Archives Nationales) est exceptionnellement fourni, comprenant 17 pièces. Il est bouclé en 1961, sans résultat.

Le 13/01/2021, son neveu nous communique une biographie élaborée à partir des archives et souvenirs familiaux et de sa lecture des archives publiées sur 1000autres.org :

« Slimane Asselah
par Amine Asselah.
Le texte qui suit utilise des lettres de Slimane, mis à disposition par ses descendants, les rapports de police, ainsi que des éléments biographiques recueillis par Ramdane Asselah auprès de Baya, épouse de Slimane.
Un quatre mars 1957, disparait Slimane Asselah, comme des milliers d’algériens, victime du
système colonial et de l’état français. Il disparait sans laisser de trace, après deux mois de
tortures.
Slimane Asselah, ce quatre mars 1957, a 33 ans et remplace le Dr. Rabah Kerbouche. Escorté
par trois bérets rouges et par deux hommes en civil, ses dernières paroles à l’infirmière du
cabinet médical sont « je reviendrai…peut-être ! ». Il sait que depuis un an la guerre est
totale à Alger. Elle s’accompagne de rafles, de tortures et d’exécutions sommaires. L’armée
coloniale a les pleins pouvoirs. Il n’a pas vu son épouse et ses deux enfants en bas âge depuis
de longs mois. En octobre 1956, il écrit à son épouse « pour l’instant, j’habite le cabinet
médical. J’y mange et j’y dors. Je ne me déplace que le moins possible, le quartier étant
dangereux. En ce moment le cabinet travaille peu car son propriétaire a été arrêté il y a
plusieurs mois ». Depuis l’hiver 1956, Slimane soigne des résistants, et il sait qu’il peut être
torturé et qu’il peut disparaitre à tout moment. Le système colonial, qui sévit dans tous les
coins d’Algérie, a soudé le peuple algérien. La misère a formé le terreau sur lequel l’injustice
fera pousser plusieurs générations de résistants algériens.
Les traces de son existence s’effacent dans les mémoires, sans que l’histoire populaire de la
guerre n’ait pu être écrite. Sa disparition a provoqué une attente désespérée chez ses deux
enfants de deux ans qu’il laisse au dévouement de son épouse Baya qui doit, comme tant de
mères algériennes, toute seule élever ses petits dans une Algérie en pleine guerre…Ces deux
jumeaux sont aujourd’hui grands-parents. Ils sont résignés et impuissants devant le silence
têtu de tant de dirigeants insensibles, et de tant de régimes lâches.
Revenons au commencement ! Qui est Slimane Asselah ? Comment a-t-il fini dans cette cave
de torture ? Quelles traces laisse-t’il ?
Fils de Va Aomar ben Akli, et de Saadia Malek, Slimane né le 13 janvier 1924 à Ighil Imoula
dans les Ouadiya, en haute Kabylie. Il a quatre sœurs, dont une seule est encore en vie au
village natal. Encouragé par son papa, Il suit assidument les cours de l’école du village.
Chaque jour de la semaine, sauf les deux jours où ils aident ses parents aux champs, il fait le
chemin de l’école accompagné de son ami et cousin germain Slimane Larbani qui meurt la
même année que lui à la frontière algéro-tunisienne en rejoignant les maquis.
Va Aomar encourage son fils Slimane à poursuivre ses études bien au-delà du certificat
d’étude, qui à l’époque est un diplôme appréciable. Il vend pour cela des terres, et ceux qui
connaissent l’attachement des paysans à leurs terres ancestrales, apprécieront le sacrifice
du paysan. Déjà vieux, il envoie son fils unique étudier à Alger. En 1938, à l’âge de quatorzeans, Slimane rejoint sa tante paternelle Dehbia, mère de Arab et Hocine Asselah à la Casbah.
Son cousin Hocine, de sept ans son ainé, s’occupe de l’inscrire au collège Sarrouy qu’il a luimême fréquenté dans la haute Casbah. C’est l’unique collège réservé « aux indigènes » qui
prépare au concours d’entrée de l’école normale d’instituteurs de Bouzareah.
D’Ighil-Imoula à la Casbah, Slimane retrouve des parents proches. Leur vie est pourtant bien
différente. A la nécessaire entraide des villageois, l’ancestrale Touiza, s’oppose la vie
anonyme et solitaire de la ville. Son cousin Hocine lui facilite le passage d’un monde à
l’autre, en l’intégrant à un nouveau groupe de résistants inconditionnels : l’Organisation de
la Casbah d’Alger qui dépasse le cercle du village et de la famille pour finir quelques années
plus tard par réunir tous les Algériens dans une communion que le parti du peuple algérien
(PPA) des années 1940 transforme en élan révolutionnaire en mai 1945.
Pour comprendre l’atmosphère dans laquelle le jeune Slimane arrive chez sa tante à la
Casbah d’Alger, nous ne pouvons faire l’économie d’un bref résumé sur la situation
algérienne, et présenter en filigrane le rôle de premier plan que joue son jeune cousin
Hocine, chez lequel il vivra trois années. Le peuple algérien, et son élite politique, connait
vers la fin des années 30 une renaissance politique et une nouvelle orientation face au
régime de Pétain. Le discours de Messali du 2 août 1936 au stade municipal de Belcourt est
d’une importance capitale. Il réaffirme publiquement l’idée d’indépendance de l’Algérie, en
opposition avec les demandes du front du Congrès Musulmans qui ne rêve guère plus que
d’une cohabitation respectueuse de l’indigène. Hocine Asselah, Mohamed Taleb ou Lamine
Debaghine tous trois âgés alors de dix-neuf ans sont frappés par ce discours, et s’orientent
vers une résistance radicale. Les deux premiers participent au groupe de jeunes militants de
la Casbah, alors que Debaghine participe à celui de Belcourt. Puis le parti du peuple algérien
(PPA) est créé en mars 1937 par Messali, pour succéder à l’Etoile Nord-Africaine interdite
juste après son fameux discours. La seconde guerre mondiale et le régime de Pétain,
collaborateur de l’Allemagne nazie, confirme la faiblesse militaire et morale de la République
Française. Les militants du PPA dans les années 1937-1939, effectuent alors un travail de
fourmis et construisent une organisation dans tout le pays. Ils le font avec peu de moyens
dans la clandestinité. Cela aboutit aux grandes manifestations de l’après-guerre dont celle
du 1 et du 8 mai 1945, qui fait prendre conscience au peuple algérien de sa force. Cela
aboutit à l’émergence d’une jeune génération de résistants de très grandes qualités comme
ceux déjà cités, et qui paradoxalement tomberont dans l’oubli le plus profond. C’est le
moment clé de la structuration politique du PPA à Alger, en « métropole » avec la fédération
de France, et ses ramifications dans toute l’Algérie. Cet élan et les marches grandioses
organisées par le PPA dans toute l’Algérie en mai 1945 provoqueront une répression aveugle
dans le constantinois. Des dizaines de milliers d’algériens seront assassinés par des milices
civiles de pieds-noirs assistées par les forces de l’ordre. C’est ainsi que s’impose à tous l’idée
d’une lutte armée comme seule façon de crever l’abcès colonial. L’idée de renforcer la
puissance militaire des résistants aboutit à la création par le PPA de l’Organisation Spéciale
(OS) en février 1947. La défaite de Dien-Bien-Phu en Indochine au printemps 1954 finira de
briser le mythe de l’hyperpuissance coloniale. La révolution armée prendra son envol avec la
déclaration du 1 novembre 1954 par des militants de l’OS.
Revenons maintenant à l’arrivée de Slimane à Alger en septembre 1938. Sa grande chance
est de trouver en son cousin Hocine une personne qui le conseille et l’encourage dans toutes
les étapes de sa formation : pour s’accrocher au collège Sarrouy, dans un environnement
difficile pour le jeune Slimane, puis pour faire partie et diriger une section des scouts
musulmans, terreau du patriotisme algérien, et finalement pour se lancer dans des études
de médecine. Hocine, n’était pas encore cette personnalité clé du PPA, et âgé de vingt-et-un
ans il joue pour Slimane un rôle de père.
Dans l’année 1944, Slimane commence ses études en médecine, après avoir obtenu
l’équivalent du baccalauréat. Il a déjà suivi une formation d’auxiliaire médical, et c’est
encore Hocine qui le pousse à reprendre sa formation du soir à l’Université Populaire
d’Alger. C’est Hocine qui l’associe dès 1942 à l’équipe de Basket du Mouloudia d’Alger en
tant que médecin. On sait le rôle important du Mouloudia d’Alger dans l’éveil du patriotisme
algérois. Ses camarades à la faculté sont Lamine Khène, Belaid Abdesselam, et Pierre Popie,
qui deviendra un célèbre avocat pro-indépendance avant d’être assassiné par l’OAS le 25
janvier 1961. Il n’habite plus chez son cousin Hocine, qui meurt prématurément en janvier
1948, a 31 ans.
Slimane pendant ses années d’étude de la médecine ne cesse de militer au PPA au contact
du groupe de la Casbah. C’est son autre cousin Da Moh ben Ahmed Asselah et son épouse
Na-Melha, qui l’accueillent avec une immense générosité et dans la plus grande simplicité au
milieu d’une famille nombreuse et ce jusqu’en 1950 dans leur deux-pièces du Hamma.
Slimane se passionne pour la psychiatrie, et devient interne de Franz Fanon à l’hopital de
Blida. Il signe d’ailleurs un article important avec F.Fanon sur l’agitation en milieu
psychiatrique en vue d’une thèse, que Slimane n’a pu passer : la grève des étudiants de 1956
qui réunit tous les résistants étudiants rend impossible le schéma colonial de cohabitation.
La bataille d’Alger, guérilla urbaine sans foi ni loi, fait disparaitre des milliers de résistants
après d’affreuses tortures.
Au moment où l’étoile de Hocine s’éteint prématurément, l’activité militante de Slimane
prend de l’ampleur : il représente les étudiants algériens au congrès de la jeunesse à
Budapest en 1949, et rapporte le 22 septembre 1949 sur Alger Républicain son activité
« L’accueil de la population et de la jeunesse Hongroise a été chaleureux et les contacts avec
la jeunesse des autres pays, en particulier des pays colonisés, ont été très fructueux. Aussi
bien au festival qu’au Congrès, j’ai fait tous mes efforts pour faire connaitre les souffrances
et la lutte de notre peuple, et dans la déclaration commune faite par tous les délégués, nous
avons souligné l’assujettissement politique, l’exploitation sociale, la domination économique
et l’oppression culturelle et religieuse que fait peser le colonialisme sur notre pays depuis
120 ans sous un faux jour civilisateur. J’ai souligné également la longue résistance de notre
peuple, de même que sa volonté actuelle de lutter jusqu’au bout pour sa libération
nationale, sociale et culturelle. Nous avons enfin montré l’importance que nous accordions à
la solidarité de la jeunesse du Monde en lutte contre le colonialisme pour sa libération
nationale. » Il fait partie, en 1953, de la délégation algérienne au 3eme congrès des
étudiants de Varsovie, et est arrêté à Bâle en suisse ou la sureté nationale découvre un
micro-film d’un document analysant la situation politique en Algérie. Il est relâché, mais se
retrouve sous étroite surveillance de la police.
Encore interne, et dans une situation économique difficile, Slimane enchaine les
remplacements pour subvenir au besoin de sa famille : en effet, Slimane se marrie en
septembre 1954, avec Baya sa cousine. Puis en 1955 naissent deux jumeaux : Samia et
Rachid. Slimane ne peut plus louer de logement pour sa famille à Alger, et Baya passe la
dernière année de la vie de Slimane chez mon père à El-Adjiba sur l’autre versant du
Djurdjura.
A partir de 1956, Slimane est souvent sollicité pour soigner des djounouds, et transporter
des blessés. Un matin de mars dans le cabinet du Dr. Rabah Kerbouche, il est arrété par les
parachutistes du 3ème RPC de Bigeard. Il est torturé pendant deux mois dans une cave du
Café de la Grande Terrasse aux Deux Moulins à Saint-Eugène, en mars et en avril 1957.
Maitre Popie, son ami de la faculté, contacté par Da Moh, a tout fait pour le retrouver. Il l’a
aperçu au centre de torture du régiment de parachutistes au début d’avril 1957. Un vieux
détenu dans ce centre de torture, M. Lebid, l’a vu pour la dernière fois en avril 1957 malade
et grelottant sur le sol de sa cellule. C’est cette image qui hante jusqu’à présent ses deux
enfants qui ne l’ont jamais connu.
Repose en paix Slimane ! Courageux cousin parti trop tôt ! Lorsque les enfants de l’Algérie
écriront une histoire populaire, tes sacrifices, ceux de Baya ma tante, et ceux de milliers de
résistants anonymes seront reconnus. Alors l’Algérie se sera libérée des vieux démons de
l’avilissement de l’Homme par l’Homme. »

Reçu le 29/11/2018:

« Mon grand-pere Mohamed Asselah etait son cousin et son beau-père.
Slimane est enlevé en mars 1957, alors qu’il effectue un remplacement du Dr. Rabah Kerbouche, lui-même détenu au camp d’Aflou depuis le 24 mars 1956.
Je possède de nombreuses lettres (R.Kerbouche, Slimane A., de mon grand-père en 62, de Maitre Verges et Zavrian)…toutes en vain.
Slimane Asselah était psychiatre, élève de Franz Fanon, et vivait une situation matérielle très dure.

lettres scannées communiquées par son petit fils Slimane Asselah » :

Le phénomène de l’agitation en milieu psychiatrique, par Franz Fanon et Slimane Asselah (hôpital de Blida_Joinville), pdf : asselah-fanon

Dossier « Disparition » de Slimane Asselah dans les archives de la Commission de Sauvegarde (17 pièces):

 

Abréviations des principales sources utilisées :/p>

SLNA : « Fiches de renseignement » du Service des Liaisons Nord-Africaines : « Personnes arrêtées, demandes de recherche transmises au commandement militaire », ANOM, 91/ 4 I 62.

Liste SLNA : mention sur une liste de rappels adressée à l’armée par le SLNA en octobre 1957, la fiche de renseignement correspondant n’étant pas archivée). ANOM, 91/ 4 I 62

CV : Jacques Vergès, Michel Zavrian, Maurice Courrégé, Les disparus, le cahier vert, Lausanne, La Cité, 1959.

Archives Teitgen : Archives confiées par Paul Teitgen à Georgette Elgey, Archives Nationales, 561AP/41.

SHD : divers fonds du Service Historique des Armées, GR 1 H

CS : archives des deux commissions de Sauvegarde des droits et libertés individuels (1957-1962), Archives Nationales, F/60/3124-F/60/3231.

Presse algérienne (1962-1963) : documents fournis par Malika Rahal.

Apportez votre témoignage

Nous attirons l’attention des lecteurs sur le fait que ce site concerne les personnes victimes de la grande répression d’Alger durant l’année 1957. Le même travail est nécessaire pour l’ensemble de la guerre d’indépendance algérienne et pour l’ensemble du territoire algérien, mais nous ne pourrons publier les commentaires ou les messages qui ne concerneraient pas la région d’Alger et l’année 1957.
Merci de préciser les sources sur lesquelles vous vous basez.
Si vous souhaitez y joindre des documents utiliser le formulaire de cette autre page

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *