ADOUL A. *

ADOUL Arab

Enlevé par les parachutistes le 31 juillet 1957 et disparu. Signalé par son fils à 1000autres.org le 21/09/2018 qui nous a communiqué sa photo :

« Disparition de Adoul Arab , enlevé le 31 juillet 1957 à son lieu de travail, un café ( Djenina), à 5h 30 du matin. Trois jour après les militaires sont venus à notre épicerie,  au 13 rue Dupuch pour saccager tout le magasin, dans l’esprit de trouver quelque chose. Un mois après mes oncles sont enlevés pour être interrogés,  en leur disant que leur frère est F L N et qu’ils ne devaient plus chercher après lui . »

Abréviations des principales sources utilisées :/p>

SLNA : « Fiches de renseignement » du Service des Liaisons Nord-Africaines : « Personnes arrêtées, demandes de recherche transmises au commandement militaire », ANOM, 91/ 4 I 62.

Liste SLNA : mention sur une liste de rappels adressée à l’armée par le SLNA en octobre 1957, la fiche de renseignement correspondant n’étant pas archivée). ANOM, 91/ 4 I 62

CV : Jacques Vergès, Michel Zavrian, Maurice Courrégé, Les disparus, le cahier vert, Lausanne, La Cité, 1959.

Archives Teitgen : Archives confiées par Paul Teitgen à Georgette Elgey, Archives Nationales, 561AP/41.

SHD : divers fonds du Service Historique des Armées, GR 1 H

CS : archives des deux commissions de Sauvegarde des droits et libertés individuels (1957-1962), Archives Nationales, F/60/3124-F/60/3231.

Presse algérienne (1962-1963) : documents fournis par Malika Rahal.

2 commentaires

  1. Amara ADOUL Répondre

    Bonjour Pour l’Histoire de la Bataille d’Alger
    je suis le troisième fils Amara (prenom d’un ami Moudjahed) qu’a tenu mon père à me donner né le 14.04.1957 du disparu ADOUL Arab arreté le 31.07.1957 puis torturé, assassiné porté disparu. J’interpelle les historiens à écrire l’histoire de la Bataille d’Alger avec la composante des cellules hommes et femmes mort souvent dans l’anonymat et qui fut une belle page de l’histoire de la guerre d’indépendance.

  2. casbah57 Répondre

    Je viens vous apporter une autre information ,la veille de son arrestation un ratissage a été effectué au environ ou il travailler.l’armée colonial en compagnie d’un collabo faisait passer en file indienne la population ,et la le collabo avait reconnu mon père ,il lui juste dit qu’il ne tardera pas a tomber dans ces mains ,mais là l’armée coloniale l’avait laisser partir ,étant dans la basse Casbah son arrestation dans l’après midi aurait réveiller touts ces compagnons de lutte a prendre la fuite. Je tenais a vous informer qu’il a été arrêté le lendemain a 5h du matin avec un employer du café qui avait juste 20ans et qu’il est aussi disparu.je ferais des recherches pour vous communiquer son nom et prénom. Salutations.

Apportez votre témoignage

Nous attirons l’attention des lecteurs sur le fait que ce site concerne les personnes victimes de la grande répression d’Alger durant l’année 1957. Le même travail est nécessaire pour l’ensemble de la guerre d’indépendance algérienne et pour l’ensemble du territoire algérien, mais nous ne pourrons publier les commentaires ou les messages qui ne concerneraient pas la région d’Alger et l’année 1957.
Merci de préciser les sources sur lesquelles vous vous basez.
Si vous souhaitez y joindre des documents utiliser le formulaire de cette autre page

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *