BOURBIA R. *

BOURBIA Rabah

Né le 05/06/1936. Marchand de poisson. Rampe Vallée. Enlevé le 30 janvier 1957 par les bérets rouges. Pas de réponse de l’armée en octobre. (SLNA)

Disparu, selon son cousin, qui témoigne :

« Avant tout je vous remercie pour votre déontologie envers l’histoire des crimes commis par la France coloniale.

Pour revenir sur mon cousin Rabah Bourbia, toute sa famille à Collo était des marins pêcheurs dont son papa Bachir.
Ce dernier s’est installé à Alger avec sa petite famille se composant de deux garçons et de quatre filles.
La photo de Rabah accroupis avec son petit neveu de 2 à 3 ans attire les regards, Rabah était beau garçon grand teint clair avec de beaux cheveux noirs,on le prenait pour un européen et passait inaperçu devant les militaires français.
J’ignore comment les paras de Massu l’ont arrété.
Je peux vous dire Monsieur que sa maman tante Hosni avait les yeux braqués sur la porte, elle attendait toujours le retour de son enfant.
Elle le voyait dans ses rêves qu’il est dans la rue qu’il a perdu sa mémoire et le cherchait à des centaines de kilomètres d’Alger.
Elle ne perdait pas espoir mais en vain le nom d’une avenue à Elbiar porte son nom Bourbia Rabah.
Des centaines de milliers de Maurice Audin sont morts pour cette Algérie libre et indépendante. » (10/09/2019)

Abréviations des principales sources utilisées :/p>

SLNA : « Fiches de renseignement » du Service des Liaisons Nord-Africaines : « Personnes arrêtées, demandes de recherche transmises au commandement militaire », ANOM, 91/ 4 I 62.

Liste SLNA : mention sur une liste de rappels adressée à l’armée par le SLNA en octobre 1957, la fiche de renseignement correspondant n’étant pas archivée). ANOM, 91/ 4 I 62

CV : Jacques Vergès, Michel Zavrian, Maurice Courrégé, Les disparus, le cahier vert, Lausanne, La Cité, 1959.

Archives Teitgen : Archives confiées par Paul Teitgen à Georgette Elgey, Archives Nationales, 561AP/41.

SHD : divers fonds du Service Historique des Armées, GR 1 H

CS : archives des deux commissions de Sauvegarde des droits et libertés individuels (1957-1962), Archives Nationales, F/60/3124-F/60/3231.

Presse algérienne (1962-1963) : documents fournis par Malika Rahal.

1 Commentaire

  1. mouhoub tahar Répondre

    Mon cousin maternel Chahid Rabah Bourbia enlevé par les paras en 1957 n’a donné aucun signe de vie après sa disparition. Sa maman tante Hosni paix ait son ame a remué ciel et terre pour le retrouver, mais les paras criminels de massu ne pardonnaient jamais .
    Chahid Bourbia Rabah toujours dans nos penseés.
    ALLAH YARHAM ECHOUHADA.

Apportez votre témoignage

Nous attirons l’attention des lecteurs sur le fait que ce site concerne les personnes victimes de la grande répression d’Alger durant l’année 1957. Le même travail est nécessaire pour l’ensemble de la guerre d’indépendance algérienne et pour l’ensemble du territoire algérien, mais nous ne pourrons publier les commentaires ou les messages qui ne concerneraient pas la région d’Alger et l’année 1957.
Merci de préciser les sources sur lesquelles vous vous basez.
Si vous souhaitez y joindre des documents utiliser le formulaire de cette autre page

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *