CHERIF ZAHAR O. *

CHERIF TAHAR Omar

Docteur de L’Arba. Lieutenant de réserve. Kouba. Disparu le 15 mars 1957, route de L’Arba. (SLNA)

Principales sources utilisées :

SLNA : « Fiches de renseignement » du Service des Liaisons Nord-Africaines : « Personnes arrêtées, demandes de recherche transmises au commandement militaire », ANOM, 91/ 4 I 62.

Liste SLNA : mention sur une liste de rappels adressée à l’armée par le SLNA en octobre 1957, la fiche de renseignement correspondant n’étant pas archivée). ANOM, 91/ 4 I 62

CV : Jacques Vergès, Michel Zavrian, Maurice Courrégé, Les disparus, le cahier vert, Lausanne, La Cité, 1959.

2 commentaires

  1. Kamal CHERIF ZAHAR Répondre

    Le Docteur Omar CHERIF ZAHAR avec un Z et non TAHAR était médecin à L’Arba. Voici une interview de son épouse qui raconte dans quelles circonstances il a disparu. http://www.ina.fr/video/1757741001005
    Vous pouvez remarquer que la journaliste, Elise LUCET, a du mal à supporter qu’on dise que l’armée française ait pu l’enlever. elle corrige comme par réflexe « enlèvement » en disant « arrestation ». Plus loin, elle se rattrape un peu en disant « arrestation, enlèvement », puis de nouveau plus loin « arrestation ».
    Je suis le neveu d’Omar CHERIF ZAHAR et moi aussi, tiens comme c’est bizarre, médecin. Toute la famille l’admirait beaucoup pour sa générosité son sens de l’humour et son amour légendaire et réciproque pour Leila. Ses patients le vénéraient pour ses qualités professionnelles et humaines et en parlent encore, les plus vieux ou leurs enfants, avec plein d’éloges et de nostalgie. Une rue d’Alger porte aujourd’hui son nom et une place à L’Arba. Mais également, son nom a été gravé dans le marbre sur une stèle de la faculté de médecine de Paris, avec beaucoup de délicatesse, à coté de « morts pour leur patrie », dans la liste « morts pour leur devoir ».

    • HistoireColoniale

      Merci pour ce précieux témoignage. Savez-vous quelque chose au sujet du jeune homme de 17 ans, « élève à l’école Sarrouy » et portant le même nom, dont parle la fiche suivante ? Fabrice Riceputi

Apportez votre témoignage

Nous attirons l’attention des lecteurs sur le fait que ce site concerne les personnes victimes de la grande répression d’Alger durant l’année 1957. Le même travail est nécessaire pour l’ensemble de la guerre d’indépendance algérienne et pour l’ensemble du territoire algérien, mais nous ne pourrons publier les commentaires ou les messages qui ne concerneraient pas la région d’Alger et l’année 1957.
Merci de préciser les sources sur lesquelles vous vous basez.
Si vous souhaitez y joindre des documents utiliser le formulaire de cette autre page

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *