LOUNNAS *

LOUNNAS Mustapha ben Saïd

11/07/1930. Chemisier. Rue Randon. Enlevé fin juin 1957 par les parachutistes. Pas de réponse de l’armée en octobre. (SLNA).

Disparu. Voir ci-dessous le témoignage de son neveu qui nous a transmis son portrait ainsi que plusieurs documents attestant des recherches effectuées auprès des autorités par la famille. On remarquera qu’un général affirme en juillet 1959, au sujet de Mustapha Lounnas, pourtant arrêté en juin 1957 par le 3ème RPC, basé à El Biar, ne trouver « après de longues recherches » aucune trace de son  arrestation.

Principales sources utilisées :

SLNA : « Fiches de renseignement » du Service des Liaisons Nord-Africaines : « Personnes arrêtées, demandes de recherche transmises au commandement militaire », ANOM, 91/ 4 I 62.

Liste SLNA : mention sur une liste de rappels adressée à l’armée par le SLNA en octobre 1957, la fiche de renseignement correspondant n’étant pas archivée). ANOM, 91/ 4 I 62

CV : Jacques Vergès, Michel Zavrian, Maurice Courrégé, Les disparus, le cahier vert, Lausanne, La Cité, 1959.

Lettres
Article précédent

3 commentaires

  1. Lounnas Mohammed Répondre

    Bonjour,

    Il s’agit de mon oncle. Mon pére âgé aujourd’hui de 80 ans cherche toujours à connaitre la verité sur la disparition de son frére.

    • HistoireColoniale

      Merci pour votre témoignage. Si vous disposez de précisions ou de documents le concernant, n’hésitez pas à nous les communiquer.
      Fabrice Riceputi

  2. HistoireColoniale Répondre

    Reçu le 07/11/2018 :
    « Je vous transmets la photo de mon oncle LOUNNAS Mustapha ainsi que les rares documents datant des années 1959 à 1961 concernant sa disparition.
    Il a été enlevé par les parachutistes de la 3ème compagnie du 1er régiment de parachutistes stationnés à El Biar (Alger) où il a été emmené, puis transféré dans les locaux de la DST à Belcourt (selon un témoignage) ensuite interné dans un camp de concentration à Ain Essefra (sud Algérien) où il a été exécuté en 1960 ou 1961.
    je fais tout ça pour mon père âgé aujourd’hui de 80 ans et qui attend une reconnaissance symbolique de l’Etat Français dans la disparition de son frère disparu à l’âge de 27 ans.
    Merci pour tout. »

Apportez votre témoignage

Nous attirons l’attention des lecteurs sur le fait que ce site concerne les personnes victimes de la grande répression d’Alger durant l’année 1957. Le même travail est nécessaire pour l’ensemble de la guerre d’indépendance algérienne et pour l’ensemble du territoire algérien, mais nous ne pourrons publier les commentaires ou les messages qui ne concerneraient pas la région d’Alger et l’année 1957.
Merci de préciser les sources sur lesquelles vous vous basez.
Si vous souhaitez y joindre des documents utiliser le formulaire de cette autre page

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *