MADANI R. *

MADANI Rabah

31 ans. SP. Rue des Roses. Enlevé le 9 juin 1957 par les parachutistes. Pas de réponse de l’armée en octobre. (SLNA).

Fils de Saïd Madani, détenu et torturé comme lui,  jusqu’en avril 1959. Voir ci-dessous le témoignage de son épouse qui nous a communiqué sa photographie ainsi que divers documents attestant de sa détention au camp de Paul-Cazelles et des suites médicales des tortures infligées.

Certificat de détention au camps de Paul-Cazelles délivré à Madani Rabah lors de sa libération

Pièces du dossier médical

Principales sources utilisées :

SLNA : « Fiches de renseignement » du Service des Liaisons Nord-Africaines : « Personnes arrêtées, demandes de recherche transmises au commandement militaire », ANOM, 91/ 4 I 62.

Liste SLNA : mention sur une liste de rappels adressée à l’armée par le SLNA en octobre 1957, la fiche de renseignement correspondant n’étant pas archivée). ANOM, 91/ 4 I 62

CV : Jacques Vergès, Michel Zavrian, Maurice Courrégé, Les disparus, le cahier vert, Lausanne, La Cité, 1959.

3 commentaires

  1. mohammed cherief Répondre

    Bonjour,
    Madani Rabah était le mari de ma cousine Zohra qui habite actuellement aux Asphodèles à Ben-Aknoun (face au lycée français Alexandre Dumas et ont eu deux garçons Djamel et Abdelkader. Madani Rabah était le cousin des 3 frères Madani..et habitait dans la même maison à El-Madania (Clos-Salembier). J’ai vu un document chez ma cousine l’autorisant à aller rendre visite à son mari Rabah incarcéré à la prison de Ain-Oussera (ex: Paul-Cazelles ) signé par le colonel Trinquier.Si ma mémoire ne me fait pas défaut le dit document était daté en novembre 1959; mon oncle ,ma cousine et sa mère se sont rendu à la prison de Ain-Oussera, malheureusement le directeur de prison leur a dit que Rabah avait été transféré sur Alger.. Où ???

    • HistoireColoniale

      Merci pour votre témoignage. Si vous trouvez d’autres informations, documents ou photo du disparu, n’hésitez pas à nous les communiquer. FR

  2. MADANI Répondre

    MADANI RABAH ainsi que son père MADANI SAID, domiciliés au : 14 rue des roses, Clos Salembier, ont été arrêtés en pleine nuit, en juin 1957 à leur autre domicile à Oued Roumane, Alger, par les parachutistes en compagnie du chef de la police du commissariat du boulevard Bru de l’époque nommé : « Sanglard », sur indication d’un homme cagoulé.
    Après des interrogatoires musclés et après avoir subi les pires violences à l’intérieur même du domicile. Ils ont ensuite étés conduits au domicile familial du Clos Salembier, après la fouille de fond en comble du domicile, l’ensemble des membres de la famille ont étés brutalisés et tabassés à coups de poings, coups de crosses etc… (Rabah s’en est sorti avec des côtes cassées, poumons perforés (il crachait du sang).
    Saïd, le père quant à lui urinait du sang, par contre la mère avait été forcée de ramper à quatre pattes sur du gravier, quand à l’épouse, alors qu’elle tentait de décagouler l’indicateur, a été frappée, bousculer et jeter à terre par l’officier de police « Sanglard » , alors qu’elle tenait dans ses bras son bébé (âgé à peine de 11 mois), en tombant, sa nuque a percutée sur une grosse pierre puis, gisant dans un état comateux, elle avait été hospitalisée à l’hôpital d’ «El Kettar», pendant vingt-deux jours avant de reprendre connaissance et avec des séquelles malheureusement.
    Quand à Rabah et son père Saïd, ils ont été conduits dans différents locaux et centres de tortures :
    • Commissariat du boulevard Bru.
    • Fabrique des allumettes à Belcourt.
    • Centre de torture à la redoute.
    • La villa Sésini « consul d’Allemagne » au clos salembier.
    • Commissariat de police de Cavaignac à Alger,
    Ou a été prononcée contre eux, par la préfecture d’Alger l’assignation à résidence surveillée le 11 décembre 1957, après qu’ils aient subi les pires atrocités de tortures pendant toute la période s’étalant de juin, à décembre 1957 (plus de 06 mois).
    Transférés au camp militaire de Beni Messous, puis vers le camp de concentration de Téféchoune (Bousmail) pour MADANI Saïd, ou il avait purgé plus d’une année de détention.
    Tandis que MADANI Rabah, conduit vers le camp de concentration de Paul Gazelles, ou il a continué de subir les mêmes atrocités de tortures, jusqu’à ce qu’il eut perdu la mémoire, devenu « aliéné mental extrêmement violent » puis relâché le 24 avril 1959 après que son état de santé mentale eut été détérioré.
    Après l’indépendance, Rabah avait suivi des traitements dans différents centres de Santés pour les blessures corporelles (poumons perforés et côtes brisées) et hospitalisé périodiquement à l’hôpital psychiatrique de Blida « Joint-ville» jusqu’à sa mort dans l’anonymat le plus total, le 10 avril 1977. (Témoignages de l’épouse).

    *NB : Nul ne savait leur lieux de détention ni même s’ils étaient morts ou vivants, jusqu’à leur libération.

Apportez votre témoignage

Nous attirons l’attention des lecteurs sur le fait que ce site concerne les personnes victimes de la grande répression d’Alger durant l’année 1957. Le même travail est nécessaire pour l’ensemble de la guerre d’indépendance algérienne et pour l’ensemble du territoire algérien, mais nous ne pourrons publier les commentaires ou les messages qui ne concerneraient pas la région d’Alger et l’année 1957.
Merci de préciser les sources sur lesquelles vous vous basez.
Si vous souhaitez y joindre des documents utiliser le formulaire de cette autre page

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *